GUINEE - Conakry PACOPE Conakry (GUINEE)

Objectif du Programme

Comme leur nom l’indique, les nouveaux Programmes d’Accompagnement Communautaire pour la Protection de l’Enfant (PACOPE) s’attachent aux Droits de l’Enfant et en particulier à ses Droits de Protection. Fondamentalement, leur clé de voûte est le respect des droits de survie et de développement des enfants et des adolescents (nutrition, santé, conditions de vie décente, éducation et loisirs), leur protection contre toutes les formes de violences, abus, exploitation et négligence ainsi que l’affirmation de leur droit à la participation : chaque enfant a le droit à exprimer son opinion et à s’impliquer dans les décisions qui concernent sa vie.

Les familles, les communautés et les autorités sont toutes parties prenantes de ces programmes qui visent la mise en place d’une société capable de répondre seule aux problèmes de vulnérabilité et d’établir des mécanismes de prévention. Partout où le programme est implémenté, associations locales, comités de protection de l’enfant, ONG et autorités nationales, régionales et locales figurent comme partenaires actifs. Si les contextes varient d’un lieu à un autre, les PACOPE ont un même objectif : l’amélioration de la situation des familles pour une plus grande résilience, le renforcement continu de la communauté, la mise en œuvre de la protection des enfants à tous les niveaux afin de leur permettre de se développer dans un milieu sain, protecteur et porteur et d’y jouer un rôle actif.

Pour y parvenir, les activités mises en œuvre s’articulent autour de trois grands axes : la protection de l’enfant et de l’adolescent (pilier principal), le renforcement économique et le développement des capacités et des compétences de tous les acteurs concernés. L’approche est participative et les activités évolutives.

Situation des enfants

La Convention sur les droits de l’enfant des Nations Unies a été ratifiée le 13 juillet 1990 par le gouvernement guinéen. Cependant les droits de l’enfant ne sont pas une priorité dans ce pays où la population lutte au quotidien pour sa survie.
L’extrême pauvreté touche en premier lieu femmes et enfants. Par conséquent, il est absolument nécessaire d'investir dans les soins pédiatriques et maternels du pays. Avec 61 décès sur 1.000 enfants nés, le taux de mortalité infantile est extrêmement élevé. Par ailleurs des milliers d'accouchements, autant dans les centres urbains que dans les zones rurales, se font sans assistance médicale professionnelle. Beaucoup d'enfants en bas âge meurent de maladies qui pourraient être prévenues comme la polio, la rougeole, le paludisme ou la fièvre jaune.

En Guinée, 40% des enfants souffrent de malnutrition permanente et environ 26% d'insuffisance pondérale. Bien que de multiples campagnes visant à éradiquer la malnutrition infantile aient été lancées, le problème persiste dans beaucoup de régions du pays.

On estime à 440.000 le nombre d'enfants qui grandissent sans leurs parents en Guinée. Environ 59.000 ont perdu leur protection parentale en raison du sida, une maladie qui affecte profondément la vie de milliers d'enfants. Le nombre d'enfants séropositifs s'élève à 9.000. Le taux de prévalence du VIH de 1,3% est pourtant plus bas que dans les autres pays de la région. Néanmoins, le VIH reste un des majeurs problèmes en Guinée.

La violence, les mariages forcés, les accouchements précoces (157,4 pour 1.000 naissances chez les 15 à 19 ans) et les mutilations génitales féminines (96% des femmes et 57% des filles en 2010) perdurent.

SOS en Guinée

La construction du premier Village d’Enfants (avec jardin d’enfants et écoles) à 25 km de Conakry date des années 1987-1989. En 1995, lorsque les premiers jeunes furent en âge de quitter le Village d’Enfants SOS de Conakry, un Foyer de Jeunes SOS fut créé dans une maison louée dans cette même ville.

Au tournant des années 2000, le 2e Village d’Enfants SOS a ouvert ses portes à N’Zérékoré, dans l’extrême sud-est du pays, et en 2002 s'y est ajouté un jardin d’enfants, des écoles SOS ainsi qu’un foyer de jeunes.
Un 3e village d’enfants a vu le jour à Kankan, deuxième ville du pays, située à plus de 500 km de la capitale en 2004. Un jardin d’enfants et des écoles SOS ainsi qu’un foyer de jeunes sont fonctionnels à Kankan.

Un programme de renforcement des familles a été mis en place à Labé, au nord du pays à environ 400 km de la capitale. SOS Villages d’Enfants Guinée vient ainsi en aide aux enfants et aux familles vulnérables en proposant accueil de jour et prise en charge médicale et éducative. Dans la capitale, un programme d’alphabétisation et de formation pour adultes, destiné surtout aux femmes, a été lancé en octobre 2003 en partenariat avec une association de femmes. Un foyer pour 27 jeunes et un programme d’encadrement de jeunes ont été mis en place en 1995.
 

jwp-map-guinea-fr.gif

Financement


Le programme figure dans l’accord-cadre sur 5 ans (2017-2021) signé le 18 janvier 2017 avec le Ministère des Affaires étrangères (Direction de la Coopération au Développement). Ce programme est une extension du programme financé depuis 2010. Afin de nous permettre de poursuivre et de pérenniser notre action, nous avons besoin de votre soutien.