Journée mondiale des compétences des jeunes

Publié le : 15-07-2020

Traditionnellement, on célèbre la jeunesse chaque 15 juillet en mettant en lumière ses compétences. Depuis 2017, SOS Children’s Villages International développe YouthCan! qui encourage l’employabilité et l’autonomisation des adolescents et jeunes adultes. Nombreux sont ceux qui, comme Nicol du Costa Rica, partagent leurs expériences positives de YouthCan! mais témoignent aujourd’hui de leurs inquiétudes. A l’heure de la crise du Covid-19, la conjoncture a en effet radicalement changé et les perspectives d’emploi pour les jeunes s’assombrissent.

C’est en 2014 que les Nations Unies ont fixé la Journée mondiale des compétences des jeunes. L’objectif de cette journée est de souligner l’importance de bien préparer adolescents et jeunes adultes à l’emploi et à l’entrepreneuriat et de leur permettre de se doter d’un solide bagage pour entrer sur le marché du travail et trouver un travail décent. Car, depuis des années, la hausse du chômage des jeunes est un des plus grands défis mondiaux et, selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), 267 millions n’avaient en 2019 ni emploi, ni éducation, ni formation !

Les défis à l’heure de la crise liée au Covid-19
Alors que depuis longtemps la situation se précarise (les 15-24 ans ont trois plus de risques de se retrouver au chômage que les adultes), la conjoncture se radicalise à l’heure de la pandémie de Covid-19. La crise sanitaire, doublée d’une crise économique et sociale sans précédent, et les mesures de restriction ont bouleversé le quotidien des jeunes et assombri leur avenir. La fermeture des écoles, universités et instituts de formation professionnelle ont privé plus d’un milliard de jeunes d’éducation. Selon l’Unesco, plus de 60% de la population étudiante est touchée et des millions d’élèves ne reprendront pas le chemin de l’école. Par ailleurs, des millions de jeunes ont perdu leur travail - plus d’un sur six selon l’OIT - et ceux qui devaient faire leur entrée sur le marché du travail se retrouvent sur le carreau. Si l’enseignement à distance et l’apprentissage virtuel sont devenus incontournables, d’innombrables jeunes en situation de vulnérabilité n’y ont pourtant toujours pas accès. En cette période particulièrement troublée, il y a donc besoin d’urgence de renforcer les compétences des jeunes et de mettre à leur disposition les outils nécessaires pour faire face à la nouvelle réalité.



Le programme YouthCan! a déjà trois ans
C’est en 2017 que SOS Children’s Villages International a lancé YouthCan!, partenariat mondial visant à favoriser l’employabilité et l’autonomisation des jeunes. Elaboré avec des partenaires du secteur privé et des entreprises, ce programme veut encourager l’accès à un travail décent aux jeunes particulièrement vulnérables, ceux qui sont privés ou risquent d’être privés de la prise en charge parentale. Ce programme rejoint par là-même les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

5.700 jeunes, 1.700 bénévoles, 31 pays
YouthCan! repose sur trois axes, à savoir le mentorat, unepremière expérience et une formation, le tout dans uneapproche holistique. Dans chaque pays où il est implanté, YouthCan! est adapté au marché du travail local et aux besoins individuels des jeunes, encadrés par des collaborateurs d’entreprises bénévoles qui partagent temps, compétences, parcours professionnel et expertise. Le programme se double d’une plateforme numérique, YouthLinks, qui favorise un apprentissage collaboratif, permettant par là-même de soutenir encore plus de jeunes dans le monde. En 2019, YouthCan! a touché 5.700 jeunes dans 31 pays grâce à 6 partenaires mondiaux, plus de 200 partenaires locaux et 1.700 bénévoles engagés. A l’heure de la pandémie de Covid-19, YouthCan! a un rôle majeur à jouer en continuant à renforcer les jeunes.

YouthCan! raconté par des jeunes
A l’occasion de ce 15 juillet, des jeunes gens de tous horizons racontent leur quotidienà l’heure de la criseliée au Covid-19et leur expérience personnelle de YouthCan!. Découvrez ici le témoignage de Nicol, une jeune fille du Costa Rica, quiexplique comment le coronavirus a frappé de plein fouet la vie de sa famille. Au-delà de ses inquiétudes, elle partage avec nous son expérience positive de YouthLinks et son intention de bien se préparer pour aller de l’avant et s’en sortir !