Lettre de Grèce : Comment t‘imagines-tu dans le futur ?

Publié le : 20-06-2020

Les mesures prises sur l’île grecque de Lesbos pour éviter la propagation du Covid-19 ont entraîné l’arrêt des contacts directs entre les prestataires de services et les personnes vivant dans les camps de réfugiés. En dépit des restrictions, l’équipe de SOS Villages d’Enfants Grèce de Lesbos a continué à proposer un soutien éducatif aux élèves et à leurs familles à travers un apprentissage à distance et en distribuant des feuilles de travail pour l’école.

Des classes de rattrapage et un soutien en langues font partie du programme de SOS Villages d’Enfants Grèce. L’objectif principal est d’épauler les élèves dans leur apprentissage et de faire le lien entre les familles et les autorités responsables pour l’enregistrement et le suivi des cours d’accueil.

Environ 130 élèves vivant dans le camp de Kara Tepe sont enregistrés dans les classes d’accueil officielles, soutenues par le gouvernement grec, au niveau de l’enseignement primaire et secondaire (élèves de 6 à 17 ans).

Le matin, les élèves suivent les mêmes classes que les enfants grecs avec des cours de grec, de mathématiques, de physique, d’anglais, de sport, de musique…

L’après-midi, les cours d’accueil se focalisent sur le grec, les maths et l’anglais en incluant quelques heures de musique et de sport. La plupart des élèves suivent ces classes afin d’apprendre la langue et de pouvoir éventuellement rallier les classes du matin.

Dans le cadre d’un projet d’école, on a demandé aux filles qui suivaient la classe de grec de décrire ce qu’elles voudraient être quand elles seront grandes et pourquoi. Le projet a encouragé les jeunes filles, originaires d’Afghanistan et âgées de 10 à 12 ans, à se fixer des objectifs pour elles-mêmes et à imaginer leur futur même si elles vivent dans un environnement qui ne leur permet pas de développer leurs compétences.

Alors que les jeunes filles avaient le besoin de partager leurs rêves avec quelqu’un qui leur était proche, SOS Villages d’Enfants Grèce leur a suggéré d’envoyer une lettre à une amie proche dans leur pays d’origine. Cette idée leur a permis de discuter de leurs désirs avec leurs camarades de classe et leurs enseignants et certaines ont montré à travers un dessin comment elles se voyaient dans le futur.

Découvrez ici la petite lettre écrite par Reihane à son amie Sohaila. Un bel exemple parmi tant d’autres qui expriment les espoirs de ces jeunes filles et leur résilience dans un contexte qui laisse si peu d’espace aux rêves de futur.

Bonsoir Sohaila,
 
Comment vas-tu ? Moi, je vais très bien ! Maintenant, je suis en Grèce et je vis avec ma famille dans le camp de Kara Tepe. Pour l’instant, je n’ai cours que le lundi mais le midi je vais aussi à l’école de SOS Villages d’Enfants pour bien apprendre l’anglais. Mes matières préférées sont l’histoire et les sciences physiques. J’étudie beaucoup parce que je veux terminer l’école et devenir une journaliste. Je veux devenir journaliste car je veux voyager partout dans le monde et rencontrer de nouvelles personnes. Je veux aussi connaître leur culture et leur cuisine. Que veux-tu faire, toi, quand tu seras grande ?

Avec amour,
Reihane