Coronavirus : la situation dans nos pays partenaires (Niger)

Publié le : 08-04-2020

Coronavirus : la situation dans nos pays partenaires (Niger)


Début avril, presque tous les pays du continent africain (52 sur 54) étaient touchés par l’épidémie de Covid-19. Si les chiffres ne semblent pas encore alarmants, l’on compte pourtant déjà au 6 avril près de 9.500 cas positifs et plus de 400 décès. Le pire est à venir si la solidarité internationale ne se met pas rapidement en place. Aux quatre coins de l’Afrique, les mesures de protection se durcissent, états d’urgence, confinement et fermeture des écoles et des lieux publics se généralisent. Notre inquiétude est grande pour nos partenaires SOS en Afrique subsaharienne. Nous restons engagés au Luxembourg pour les appuyer dans leur réponse à l’épidémie et pour permettre la poursuite des programmes. Nous partageons avec vous des nouvelles du terrain.

Niger

Au Niger, où nous sommes engagés à travers deux Programmes d’Accompagnement des Communautés pour la Protection de l’Enfant (Dosso, Tahoua), la situation devient de plus en plus difficile en raison de la propagation rapide du coronavirus. Alors qu’un premier cas avait été enregistré à la mi-mars, l’on compte désormais 217 cas positifs et 10 morts au 7 avril. Le gouvernement du Niger a mis en place une série de mesures de prévention comme la fermeture des frontières terrestres avec ses sept voisins, la fermeture des aéroports de Niamey et de Zinder, l’arrêt des transports en commun interurbains, la fermeture des écoles et universités, l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes et bien sûr le respect des gestes barrières comme la distanciation sociale et le lavage des mains. La capitale Niamey est pour l’heure isolée du reste du pays et le couvre-feu nocturne y est en vigueur.

Aux dernières nouvelles, il n’y avait fort heureusement pas de cas parmi les bénéficiaires et les collaborateurs des programmes de SOS Villages d’Enfants Niger. A côté de l’observation stricte des mesures gouvernementales, l’association locale a renforcé ses mesures de précaution en interne. La majeure partie de ses collaborateurs font du télétravail. Dans les Villages d’Enfants SOS, les visites ont été arrêtées et les déplacements des familles SOS limitées au maximum. Par ailleurs, l’association a pris des dispositions pour pouvoir assurer pendant deux mois les besoins en nourriture dans les Villages SOS et auprès des adolescents dont elle s’occupe.

En ce qui concerne les PACOPE de Dosso et de Tahoua, une évaluation est en cours pour analyser sur chaque site l’impact de l’épidémie de Covid-19, identifier les nouveaux besoins, proposer des activités focalisées sur la prévention et la sensibilisation des familles bénéficiaires et des communautés, accompagner les familles pour leur permettre de surmonter la crise et s’assurer que celles touchées par le Covid-19 pourront toujours subvenir à leurs besoins et que les droits des enfants seront respectés.

A Dosso comme à Tahoua, il est prévu d’installer des points d’eau pour le lavage des mains et de miser sur la prévention via l’information continue et la sensibilisation des communautés. Un appui alimentaire est planifié pour aider les 1.800 enfants et 500 familles des PACOPE en cas de confinement. Des mesures qui vont dans le sens du renforcement économique des familles et du renforcement de la résilience des communautés sont amenées à être développées.

SOS Villages d’Enfants Niger a d’urgence besoin de matériel de protection pour protéger les familles et les communautés auprès desquelles elle intervient ainsi que ses équipes. Si vous souhaitez aider SOS Niger, vous pouvez faire un don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention « Urgence Niger - pandémie de Covid-19 ») ou en ligne sur sosve.lu.