Après la tempête

Publié le : 09-07-2019

Appel à la solidarité : Pour soutenir les victimes du cyclone Idai en Afrique australe, il est possible de faire un don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention Urgence-Cyclone Idai) ou directement via notre page projet.

Aide à la reconstruction au Mozambique : un nouveau départ pour les familles

Désemparée, la petite fille à la jupe rose se presse contre le mur d'argile de la hutte. Elle ne dit pas un mot, observe seulement, intimidée, qui arrive. Il s'agit de la première visite de Suzana Antonio, directrice du programme SOS, dans la famille de Lidia Manual depuis que le cyclone a complètement détruit le port mozambicain de Beira: "Il fallait absolument que je les voie, me convaincre qu'ils allaient bien. Lidia Manual est une femme incroyablement forte. Récemment, sa maison a brûlé mais elle l'a reconstruite toute seule et subvient aux besoins de ses quatre enfants par ses propres moyens. Mais le sort s’acharne parfois. Le cyclone a arraché sa nouvelle maison. C'est donc la deuxième fois en peu de temps qu'elle et ses enfants se retrouvent sans abri et perdent leur domicile."

"Quand la tempête est arrivée, nous étions dans la hutte. Puis le toit s'est envolé ", raconte la mère Lidia. "Nous n'avions nulle part où aller. Les voisins n'avaient pas l'air mieux. Les arbres environnants menaçaient de s’effondrer. Partout, des branches, toutes sortes d'objets et de parties de maisons volaient dans tous les sens. Nous ne pouvions pas bouger car le vent était si fort. Les enfants auraient pu être emportés." Alors qu'elle parle, elle commence à trembler. Immédiatement, Norah, psychologue en traumatologie chez SOS Village d’Enfants, calme Lidia.

"Tout autour de nous a sombré dans le chaos."

Quand Lydia continue de raconter son histoire, l'équipe SOS est abasourdie: "Nous avons passé la nuit près du petit mur là-bas. Pendant des heures, nous étions blottis contre ce mur, à cinq, sans protection. C'était le seul endroit qui ne semblait pas bouger. Quand la tempête s'est finalement calmée, de fortes pluies se sont mises à tomber. J'avais si peur. Les enfants pleuraient, il faisait très froid et tout autour de nous était plongé dans le chaos. Quand ce fut fini, tout le monde était fièvreux."
Lidia n’avait pas de nourriture, d'eau, de vêtements chauds ni de médicaments pour ses enfants. Dans son avidité, la tempête avait tout emporté. Les voisins ont un peu aidé et Lidia n'a pas abandonné. Même si elle était elle-même choquée, elle devait agir, être forte pour ses enfants. En trois jours, elle a construit une petite cabane temporaire en terre pour qu’elle et ses enfants aient au moins un toit au-dessus de leurs têtes.

Mosambik_Beira_Maedchen-nach-Zyklon-Idai_IMG_20190403_165124_Foto-Katharina-Ebel.jpg

Aide pour un nouveau départ

Suzana Antonio, employée de SOS, promet de revenir le lendemain pour aider la famille avec de la nourriture, de l'eau et des médicaments et pour apporter un soutien psychologique à la mère et aux enfants. Comme 700 autres familles, Lidia et ses enfants ont été inclus dans le programme de reconstruction. Au cours des huit prochains mois, SOS Villages d'Enfants aidera les familles les plus durement touchées en apportant:
    - Alimentation, médicaments et articles ménagers
    - Aide psychologique
    - Reconstruction des maisons détruites
    - Garde d'enfants - pour que les enfants soient entre de bonnes mains, pendant que les parents reconstruisent leur foyer.

 
Photo: © Katharina Ebel
Traduit de l’allemand