Mozambique: comment la prévention a porté ses fruits à Beira

Publié le : 27-05-2019

Alors que le cyclone tropical Idai s’approchait de la ville côtière de Beira, les enfants du Village d’Enfants SOS de Beira et leurs tuteurs se sont réunis dans des zones sécurisées désignées à l’avance, équipées d’eau, de torches et d’autres fournitures de secours.
 
Pendant une longue nuit au cours de laquelle Idai a frappé Beira à la mi-mars, les enfants du Village étaient en sécurité et les maisons elles-mêmes subissaient relativement peu de dégâts. En revanche, la tempête a dévasté la ville de plus de 500 000 habitants.
 
La promptitude des 147 enfants et des 35 employés face à l’orage peut être attribuée en partie aux préparatifs effectués au cours de l’année écoulée par l’intermédiaire du programme de préparation aux situations d’urgence de SOS Villages d’Enfants, E-Prep.
 
« Le personnel et les enfants étaient très bien préparés », a déclaré Baptista Boa, directeur du Village d'Enfants SOS de Beira, ajoutant que les 35 collaborateurs et certains des enfants plus âgés du Village avaient suivi une formation de préparation en ligne. «Dès que nous avons appris que le cyclone frapperait Beira, nous avons procédé à des simulations avec les enfants et les tuteurs SOS du Village. Nous avons identifié des lieux sûrs où les gens devraient se rassembler et des endroits où garder de la nourriture. Grâce à E-Prep, nous avions déjà stocké de la nourriture et d’autres fournitures dans l’entrepôt. »
 
«Cela s'est avéré important, car après le cyclone, personne ne fournissait de nourriture, d'eau et de médicaments. Mais nous étions bien préparés car nous avions de la nourriture, des trousses de premiers soins et d'autres fournitures. »
 

«Un bon rempart contre le stress»
 
La prévention peut également avoir contribué à réduire l'impact traumatique de la tempête.
 
«SOS Mozambique a été l’un des pays pilotes pour E-Prep et ce qui a été réalisé ici a été très efficace», déclare Teresa Ngigi, conseillère en santé mentale et soutien psychosocial de SOS Villages d’Enfants. «Les gens étaient préparés. Chacun a reçu la formation et l'équipement essentiel. Ils avaient aussi des torches et un système de sonorisation pour pouvoir communiquer si quelque chose se passait. »
 
«Lorsque le cyclone a frappé, tous les enfants étaient ensemble avec les mères SOS», a déclaré Mme Ngigi, qui faisait partie de l'équipe d'intervention d'urgence envoyée à Beira après la tempête. «Les enfants se sont sentis protégés. C'était un bon rempart contre le stress ou les traumatismes. »
 
La puissante tempête a détruit le centre du Mozambique et certaines parties du Zimbabwe et du Malawi voisins. Idai a endommagé ou détruit 240 000 logements au Mozambique et laissé plus de 160 000 personnes vivant dans des abris et autres logements temporaires, selon les estimations du gouvernement. Parmi les personnes qui ont perdu leur maison, nombreux sont les collaborateurs SOS qui étaient au Village d’Enfants de Beira pour s'occuper des enfants tout au long de la tempête. Certains avaient de la famille parmi les centaines de personnes tuées à Idai.
 
Formation permanente
 
M. Boa a déclaré que le village de Beira travaillait avec l’agence nationale de lutte contre les catastrophes naturelles du Mozambique et d’autres partenaires extérieurs tels que les pompiers locaux et la Croix-Rouge, dans le cadre de sa formation E-Prep. La préparation aux situations d'urgence doit être permanente, dit-il.
 
«Nous avons organisé des stages de recyclage tous les mois. Une fois que vous êtes formé et que vous ne pratiquez pas, vous finissez par oublier quoi faire », explique M. Boa, en visite au Village d'Enfants de Tete, une autre ville touchée par Idai. «Avec Idai, nous avons tous été obligés de mettre en pratique ce que nous avons appris. C'était incroyable de voir les enfants prendre l'initiative. Après la tempête, ils ont également aidé à nettoyer le village. ”
 
À propos d’E-prep
 
E-Prep a débuté en 2017 grâce à une subvention d'Allianz, partenaire de longue date de SOS Villages d'Enfants. Le programme se concentre sur des études de risque et de vulnérabilité, fournissant une formation en matière de sécurité aux collaborateurs nationaux de SOS, prévoyant des fournitures de secours, et fournissant des conseils logistiques.
 
Le Village d’Enfants de Beira au Mozambique était l’un des dix programmes pilotes, avec le Bangladesh (Rajshahi), l’Équateur (Quito), le Nicaragua (Esteli), le Niger (Tahoua), la Somalie (Mogadishu), le Sud-Soudan (Juba), la Syrie (Qodsaya) et l’Ukraine (Louhansk). Depuis lors, le programme a été étendu à d’autres pays et programmes où SOS Villages d’Enfants travaille.
 
Appel à la solidarité : Pour soutenir les victimes du cyclone Idai en Afrique australe, il est possible de faire un don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention Urgence-Cyclone Idai) ou directement via notre page projet.