Des parents adoptifs ouvrent leurs maisons aux enfants abandonnés de Jimma

Publié le : 15-05-2019

Maza Haile Selassie et son mari Abebe Zida ont accueilli leur fille après que sa mère biologique  ait accouché dans un hôpital et se soit enfuie.

Cela se produit quotidiennement à Jimma, la plus grande ville du sud-ouest de l’Éthiopie. Les statistiques gouvernementales montrent que les mères non mariées, dont beaucoup sont des adolescentes, abandonnent leur bébé à raison de deux à trois par jour à Jimma. Heureusement, un programme de placement familial soutenu par SOS Villages d’Enfants Éthiopie a jusqu’ici placé des centaines d’enfants abandonnés à travers le pays chez des parents tels que Maza et Abebe.

«J'aime les enfants», déclare Maza, 51 ans, dont la fille biologique adulte a des besoins spéciaux. « Nous voulions un autre enfant, en particulier pour que notre fille ait une sœur ou un frère. »

Maza est assise à la petite table avec son enfant adoptif, Marcia*, maintenant âgée de trois ans, et la regarde faire un puzzle. Ils lui ont acheté un jeu de plateau de Scrabble, bien qu'ils essaient encore de comprendre les règles.

«Elle est tellement intelligente», dit Maza. «Je veux que ma fille reçoive une bonne éducation pour pouvoir subvenir à ses besoins et être autonome. Je voudrais qu’elle devienne médecin pour pouvoir aider les autres, comme j’essaye d’aider les autres. »
 

SOS identifie et soutient les parents d'accueil

SOS Villages d’Enfants Éthiopie est l’une des nombreuses organisations qui collaborent avec le gouvernement pour mettre en place des programmes de placement familial, un modèle de prise en charge relativement nouveau pour le pays. Depuis 2015, SOS Villages d’Enfants Éthiopie a aidé à placer plusieurs centaines d’enfants dans des familles d’accueil, un nombre qu’elle espère faire passer à 2 000 d’ici cinq ans.
Le besoin est particulièrement criant à Jimma, où de nombreux jeunes viennent étudier et trouver du travail. Le tabou culturel d'avoir un enfant hors mariage incite de nombreuses jeunes mères à abandonner leurs nouveau-nés, explique Ebisa Jaleta, directeur de programme chez SOS Villages d’Enfants Jimma.

«Les bébés sont abandonnés dans les hôpitaux. Ils sont laissés aux postes de police. Ils sont déposés sur le bord de la route », explique M. Jaleta. «Ils sont même placés à l’extérieur de la clôture de notre village d’enfants SOS. Nous les trouvons et le signalons à la police. »

SOS travaille avec le bureau de protection de l'enfance pour identifier et placer les enfants chez des parents adoptifs. Ces familles reçoivent un soutien de SOS : des cours de compétences parentales et une allocation alimentaire et médicale nominale. Un gardien SOS, généralement une mère ou une tante SOS, encadre la famille et lui rend visite régulièrement.
Le père adoptif de Marcia, Abebe, 63 ans, qui travaille comme gardien, a déclaré qu’avec les conseils et le soutien de SOS, la petite fille avait prospéré. «Je suis très heureux que cet enfant puisse bénéficier de nos soins», a-t-il déclaré. « Je suis vraiment très heureux. »

*Le nom de l’enfant a été modifié pour protéger sa vie privée