Mozambique : le cyclone Kenneth menace à nouveau le pays

Publié le : 25-04-2019

Soutenir nos projets au Mozambique

Alors que le Mozambique se relève à peine du passage du puissant cyclone Idai, c’est au tour du cyclone Kenneth de se diriger droit vers cette région. Le Mozambique et la Tanzanie sont menacés.

 
Dans la nuit du 14 au 15 mars, le cyclone tropical Idai a touché de plein fouet la ville côtière de Beira. La tempête a provoqué d’énormes dommages et des inondations soudaines dans le centre et le nord du Mozambique, faisant plus de 600 morts et endommageant ou détruisant environ 240 000 logements. Après cette tempête, les Nations Unies ont estimé qu'un million d'enfants avait besoin d'une aide humanitaire. Encore aujourd’hui, le manque d’électricité dans la ville de Beira reste un problème majeur qui touche à la sécurité, aux pompes à eau et à la réfrigération, notamment dans le cadre des programmes SOS Villages d’Enfants.
 
L’arrivée d’un nouveau cyclone : Kenneth en chemin
 
C’est aujourd’hui le cyclone tropical Kenneth, une tempête dans l’océan Indien qui devrait toucher le nord du Mozambique et la Tanzanie dans la journée, qui préoccupe le pays. Senait Gebregziabher Bayessa, directeur international de SOS Villages d’Enfants pour l’Afrique orientale et australe, s’exprime sur le risque posé par ce nouveau cyclone qui approche.
 
« Nous suivons de près l'évolution du cyclone tropical Kenneth et sommes extrêmement préoccupés par l'impact que cela pourrait avoir sur le Mozambique et la Tanzanie s'il suit le cours actuel. Cette situation est particulièrement inquiétante car cette tempête survient six semaines à peine après les ravages causés par le cyclone Idai en Afrique du Sud-Est.
 

Les prévisions actuelles montrent que le cyclone tropical Kenneth se déplacera juste au nord de la ville côtière de Pemba, dans le nord du Mozambique. SOS Villages d’Enfants Mozambique a donc pris toutes les précautions nécessaires, notamment en identifiant les zones de sécurité et en stockant des provisions supplémentaires dans le village de Pemba. Notre préoccupation primordiale est d'assurer la sécurité de tous les enfants et du personnel.
 
Au cours des deux dernières années, des tempêtes destructrices ont eu une incidence sur nos programmes au Mozambique et dans d'autres pays de la région. Il y a tout juste deux ans, un cyclone tropical a touché terre à Inhambane, au Mozambique, endommageant notre village et affectant d'autres programmes. Il y a six semaines, le cyclone tropical Idai a frappé Beira, épargnant notre village mais perturbant gravement les vies des communautés du centre du Mozambique. Le Malawi, le Mozambique, le Zimbabwe et l'Afrique du Sud ont tous connu de graves inondations cette année, tandis que d'autres pays sont aux prises avec une sécheresse extrême. Les enfants sont particulièrement vulnérables dans ces situations car ils risquent la séparation de leur famille, la maladie et la perte d'opportunités en matière d'éducation. Ils sont exposés à des événements traumatisants qui peuvent durer toute une vie.
 
Le risque croissant de catastrophes montre que nous devons devenir plus vigilants dans la préparation des situations d'urgence pour assurer la sécurité et la protection des enfants dont nous avons la charge et pour améliorer la résilience des familles, en particulier celles qui vivent déjà dans des situations très vulnérables. »

SOS Villages d’Enfants Mozambique a lancé un programme d’intervention d’urgence pour venir en aide à 700 ménages (4 200 enfants et 1 100 adultes) touchés par Idai. Avec cette nouvelle catastrophe qui approche, nous avons plus que jamais besoin de vous.

Pour soutenir le Mozambique, rendez-vous sur notre page projet.