5e Congrès humanitaire de Vienne

Publié le : 28-03-2019

Le 29 mars se tiendra la 5e édition du Congrès humanitaire de Vienne placé sous le haut patronage du Président autrichien Alexander Van der Bellen. L’objectif de ce rendez-vous biennal est de renforcer la visibilité de l’aide humanitaire et d’en permettre une meilleure compréhension.

Pour cette année, le thème retenu est « Le futur de l’aide humanitaire ». Une problématique qui nous préoccupe tout particulièrement. Il s’agira notamment de réfléchir à la manière d’améliorer la réponse à apporter aux situations d’urgence qui perdurent.

A l’Université de Vienne, décideurs, experts et acteurs du terrain, issus des mondes de l’humanitaire, de la politique, de l’économie, des sciences, des médias ou encore de la société civile… débattront des politiques et des bonnes pratiques de l’aide humanitaire et de ses récents développements ainsi que de ses visions futures. Le discours inaugural sera prononcé par Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence pour les Nations Unies. Andreas Papp, ancien directeur de l’aide d’urgence pour SOS Villages d’Enfants International, fera partie des intervenants. 

Protéger les enfants en situation d’urgence

SOS Villages d’Enfants International, l’un des cinq organisateurs, lance un appel à l’action pour protéger les enfants en situation d’urgence et rappelle que ce congrès doit être l’occasion de mettre en perspective les besoins et les droits des enfants lors de catastrophes ou de conflits. A la veille de son ouverture, l’organisation mondiale presse gouvernements et organisations humanitaires à renforcer la planification et l’investissement pour répondre aux besoins à long terme des enfants en situation d’urgence.

« Il en va de notre responsabilité collective de s’assurer que l’on réponde de manière adéquate aux besoins de base de millions d’enfants directement touchés par des conflits, des déplacements de masse et des catastrophes naturelles » souligne Norbert Meder, CEO de SOS Villages d’Enfants International. « Répondre aux déficits en matière de prise en charge des enfants en situation d’urgence n’est qu’une partie de la solution. La prévention des causes, la diminution des risques, la préparation à l’urgence, une réponse efficiente de même que la nécessité d’être dans une position forte pour pouvoir renforcer familles et communautés, sont des conditions pour pouvoir améliorer prise en charge et résilience, surtout dans des communautés particulièrement exposées aux catastrophes ».

Pour lui, des événements comme le Congrès humanitaire de Vienne sont « l’occasion d’examiner à la fois les besoins et les moyens d’améliorer la réponse et le financement humanitaires sans oublier l’exploitation des développements technologiques pour accélérer la délivrance de l’aide ».

« Alors même que nous devons nous engager de manière plus stratégique dans la préparation aux urgences et dans la rapidité de la réponse humanitaire, il est essentiel que les premiers intervenants soient capables de subvenir aux besoins des enfants, en priorité ceux qui sont privés de prise en charge parentale ou qui risquent de l’être. Garantir la protection et la prise en charge des enfants, ainsi que soutenir leur santé mentale et leurs besoins éducatifs, exige de penser sur le long terme de même qu’en termes d’investissement ».

Norbert Meder estime que l’usage des drones pour délivrer des secours d’urgence dans des zones difficiles d’accès et des applications mobiles pour accélérer l’évaluation des besoins peut améliorer la réponse et la préparation à l’urgence. « La technologie est en train de révolutionner la disponibilité de l’information et la délivrance des secours. Mais aucune technologie ne peut remplacer l’amour et l’attention nécessaires aux enfants qui ont vécu des expériences traumatiques ni le soutien qu’eux et leurs proches ont besoin au-delà de la réponse humanitaire initiale ».

70 ans d’expérience de SOS Villages d’Enfants

Ces dernières années, SOS Villages d’Enfants International est présente sur le terrain de l’urgence dans plus de 20 pays, prodiguant un environnement sécurisé et protecteur aux enfants, réunifiant les enfants avec leurs parents et travaillant individuellement avec chaque famille pour que toutes puissent rester soudées. L’organisation est forte de ses 70 ans d’expérience et de sa présence aujourd’hui dans 135 pays et territoires pour assurer aux enfants et aux familles particulièrement vulnérables de continuer à être accompagnés pendant et après l’urgence.


« Nous attendons avec grand intérêt les discussions du Congrès humanitaire de Vienne en ce qui concerne le renforcement de la coopération, la mise à jour de nouvelles voies en matière de financement de l’aide d’urgence et l’utilisation des technologies pour améliorer la réponse aux urgences mondiales » souligne Michael Stern, responsable de l’aide d’urgence pour SOS Villages d’Enfants International. Il souligne par ailleurs que 2019 marque le 30e anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des Droits de l’Enfant des Nations Unies et que le thème de la résolution en cette année anniversaire se concentre sur les enfants sans prise en charge parentale.

« Avec tristesse, nous observons trop souvent lors de situations d’urgence, surtout celles qui résultent de conflits et de déplacements de masse, que les droits des enfants sont bafoués, en particulier pour ceux qui sont séparés ou qui ont perdu leurs proches. Il n’y a pas de place pour le compromis quand il s’agit de protéger les enfants et de défendre leurs droits, même dans des situations extrêmes. Il en va de leur droit et de notre responsabilité, et, au final de notre humanité ».

Photo: EPA-EFE/TIAGO PETINGA