Actualités

12-06-2017

Journée mondiale contre le travail des enfants

A l’occasion de la 15e Journée mondiale contre le travail des enfants, l’Organisation Internationale du travail (OIT) a décidé de porter l’attention sur l’impact dévastateur des guerres et des catastrophes naturelles sur les enfants. 250 millions vivraient dans des régions subissant des conflits armés et 70 millions seraient chaque année affectés par des catastrophes naturelles. Dans de telles situations, les enfants privés de protection, déscolarisés, souvent sans moyens de subsistance et parfois séparés de leurs familles, sont plus que tous les autres exposés au danger et aux pires formes de travail : enfants-soldats recrutés par des forces armées, enfants contraints de travailler dans des environnements dangereux comme des mines, enfants livrés à eux-mêmes dans la rue, enfants déplacés et souvent seuls, victimes potentielles de tous les trafics…
 
Mettre fin au travail des enfants d’ici 2025 !
Il y a urgence à développer et à renforcer les actions conjointes pour éliminer toutes les formes de travail des enfants, en particulier dans les situations d’extrême urgence, et leur permettre de retourner à l’école, de retrouver une certaine normalité et de vivre leur vie d’enfant. A l’horizon de 2030, la communauté internationale s’est engagée à atteindre les Objectifs de Développement Durable, notamment la Cible 8.7 : « Prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes ». Et comme le rappelle Guy Ryder, directeur général de l’OIT, dans sa déclaration du 12 juin : « Face à la plus grande crise des réfugiés qui se soit produite depuis des décennies, la responsabilité et la solidarité partagées sont indispensables pour protéger les enfants du monde, leur assurer l’éducation nécessaire, leur redonner espoir et leur permettre d’entrevoir un avenir meilleur ».
 
Ouverture d’Espaces Amis des Enfants et reconstruction d’écoles
Face à la violence, à la désolation et au chaos, les enfants, privés de leurs droits, ont besoin d’être protégés, pris en charge, écoutés et compris. L’organisation mondiale SOS Villages d’Enfants a mis en place un réseau international d’intervention d’urgence pour répondre à la brûlante actualité. L’an dernier, elle a géré 30 programmes dans 23 pays. SOS ouvre des espaces temporaires de prise en charge pour les enfants non accompagnés tout en essayant de réunifier les familles et des Espaces Amis des Enfants, lieux protecteurs où les enfants sont en sécurité, reçoivent repas, soins et écoute, apprennent, jouent, retrouvent les gestes de l’enfance, surmontent leurs traumatismes et se reconstruisent. Par ailleurs, SOS s’engage, avec ses partenaires, à mener des actions de sensibilisation contre le travail des enfants, à dispenser une éducation dans des zones de conflit et à aider à la réhabilitation ou la reconstruction d’écoles pour que les enfants puissent y retourner au plus vite. En 2016, grâce à ses généreux donateurs, notre association a pu appuyer des programmes d’aide d'urgence en Equateur, en Haïti, au Népal, au Niger et en Syrie pour plus de 40.000 bénéficiaires. Nous restons engagés dans la plupart de ces pays, nous nous mobilisons aussi pour la Colombie et l’Ethiopie et renforcerons bientôt notre soutien au Moyen-Orient.